Promouvoir l’exigence d’une information sincère pour une démocratie basée sur la confiance

Médias sociaux et discours anti-immigration

22 septembre 2020

Synthèse d'article scientifique produite par la Fondation Descartes de :

Ohme, J. (2020). Algorithmic social media use and its relationship to attitude reinforcement and issue-specific political participation–The case of the 2015 European immigration movements. Journal of Information Technology & Politics, 1-18.

Les algorithmes utilisés par les médias sociaux (Facebook, Twitter, etc.) fonctionnent de manière à présenter à leurs utilisateurs des contenus susceptibles de les intéresser et de leur plaire – à savoir, des informations qui vont bien souvent dans le sens de leurs opinions préétablies. Cette sélection des informations présentées aux internautes pourrait ainsi contribuer à les conforter dans leur vision du monde. Mais est-ce réellement le cas ?  

C’est ce qu’ont voulu déterminer les auteurs de cette étude en se penchant sur l’évolution de la perception de l’immigration par les Danois. En 2015, le flux migratoire en direction de l’Europe a augmenté. Comme d’autres pays européens, le Danemark a alors connu une hausse du nombre de demandeurs d’asiles. Les auteurs de l’étude ont mesuré l’évolution de l’attitude des Danois envers ces derniers au cours de cette période. Pour le faire, ils ont sondé un échantillon de la population danoise en deux temps, en juin puis en octobre 2015. Entre ces deux sondages, les personnes interrogées étaient invitées à renseigner les chercheurs sur leur consommation de médias.   

L’objectif de l’étude est double : (1) évaluer l’évolution de l’attitude des Danois envers l’immigration ; (2) déterminer si cette attitude est influencée par leur consommation médiatique, en particulier de médias sociaux.   

Les résultats de l’étude montrent que les Danois interrogés ont, dans l’ensemble, une opinion légèrement plus négative sur l’immigration en octobre qu’en juin 2015. Par ailleurs, que leur opinion sur l’immigration soit au départ positive ou négative, les individus qui se sont informés prioritairement sur les médias sociaux durant la période de l’étude (16% de l’échantillon) ont renforcé leur positionnement initial sur cette question.  

Fait intéressant, l’étude montre que seuls les médias sociaux auraient renforcé, dans une direction ou dans l’autre, l’attitude initiale des répondants à l’égard de l’immigration. Les autres types de médias (hors-ligne et en ligne) ne semblent pas, pour leur part, avoir significativement influencé l’opinion des personnes interrogées sur la question de l’immigration.  

Les auteurs en concluent donc que les algorithmes de personnalisation de l’information utilisés par les médias sociaux contribuent effectivement à conforter les individus dans leur perception préétablie de sujets tels que l’immigration. Il faut cependant rappeler que d’autres facteurs, non testés ici et présents sur les médias sociaux, peuvent influencer l’opinion des individus sur un sujet comme celui-ci. La banalisation des discours de haine, présentée dans l’étude précédente, en est un exemple.  

Thématique :  Médias Sociaux  
/
/
Edition :  Journal of Information Technology & Politics  
/
Pays :  Etats-Unis 
/
Langue  :  Anglais 
/
PARTAGER L'ARTICLE
Fonds de dotation pour la création de la Fondation Descartes
16 Cours Albert 1er, 75008 Paris.
SUIVEZ-NOUS
usercrossmenuchevron-down-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram